Les trois jeux phares des années 90’

A l’heure où les nouvelles consoles sont de plus en plus performantes et convoitées par le public, il reste parmi les adeptes du jeu vidéo, certains nostalgiques des anciens jeux.

En effet, nous avons tous un jeu qui nous a particulièrement marqué, et que nous ne pouvons remplacer.

Les jeux vidéos de l’époque ne sont certes pas comparables graphiquement par rapport à ce que nous connaissons aujourd’hui… Pourtant, ils nous ont fait vibrer, passer des nuits blanches et des moments inoubliables !

Personnages attachants, univers envoûtants, histoires passionnantes…

Le charme opérait dès les premières minutes de jeux ; chose que nous avons quelque peu perdu au fil des années avec l’arrivée des nouvelles consoles de salon proposant des jeux toujours plus poussés au niveau de l’image, toujours plus proche de la réalité, négligeant parfois le scénario, la magie et la poésie que nous pouvions retrouver dans les jeux d’antan.

Pour se rafraîchir la mémoire, ou tout simplement se faire plaisir, retour sur trois grandes références dans le monde du jeu vidéo, qui ont marqué nos années 90.

 

Final fantasy VII (1997)

ffvii-logo-cast

 

 

 

 

 

 

Référence absolue dans les jeux vidéo de rôle, plus communément appelé “MMO RPG”, Final Fantasy a été développé par le studio Square Enix et est sorti en 1997 sur notre bonne vieille Playstation, première du nom.

Final Fantasy 7 s’est vendu à plus de 9.8 millions d’exemplaires à travers la planète, et a contribué au succès de la PlayStation et de ce nouveau genre qu’était le jeu de rôle en trois dimensions.

Rappelons ­nous : L’histoire se centrait autour du célèbre héros à l’épée “Cloud”, et de son équipe, tous membres du groupe éco-terroriste “Avalanche”.

Ces derniers luttent contre la puissante organisation “Shinra”, qui exploite l’énergie jusqu’à épuisement de la planète, afin de produire armes et énergie.

Seulement, leur exploitation menace l’avenir de la planète et emmène le monde vers une extinction très rapide, au fur et à mesure de l’avancement dans le jeu.

Une histoire à couper le souffle, des personnages tous différents et attachants dotés chacun de leur propre histoire, des combats en temps réel qui, à cette époque, étaient tout à fait révolutionnaires dans le monde du jeu.

La franchise Final Fantasy à continuer de produire de nouvelles suites, aux graphismes de plus en plus remarquables, mais au charme tout aussi différent de ce qu’ont pu être ses prédécesseurs.

Le Remake de Final Fantasy 7 est prévu courant 2016 sur PlayStation 4.

 

Zelda, The Ocarina of time (1998)

legend-of-zelda-ocarina-of-time-3-1280x1024

 

 

 

 

 

 

Autre référence dans le milieu du jeu vidéo : impossible de ne pas connaître le légendaire Link, devenu au fil des années une sorte de mascotte du jeu, au même titre que Mario.

Jeu d’action – aventure, sorti en 1998 sur la Nintendo 64, Zelda Ocarina of time a été le point de départ du succès de la série, malgré son existence antérieure sur d’anciennes consoles, mais rencontrant moins de succès.

Celui-­ci met en scène le célèbre Link, héros à la tunique et au bonnet vert, accompagné de sa petite fée Navi, dans le royaume d’Hyrule.

Ce monde imaginaire propose des terres vastes aux paysages diversifiés tous aussi magnifiques les uns que les autres, au rythme de la vie et des rencontres des divers personnages de l’histoire, des animaux, et du temps (passage du jour à la nuit, de la pluie au soleil).

Nous y faisons la rencontre de la princesse Zelda, autre personnage phare du jeu, qui va soutenir Link dans sa quête, mais qui deviendra par la suite sa priorité lorsque celle-ci se fera capturer par le grand méchant de l’histoire, Ganondorf.

Les personnages sont adorables et touchants, et tout ce royaume est un réel régal pour les yeux !

Rare sont les jeux qui ont pu égaler le charme et la poésie que nous pouvons rencontrer dans Zelda …

 

Resident Evil 1 (1996)

1resident_evil_platinum_palds

 

 

 

 

 

 

Connu au Japon sous le nom de “Biohazard”, Resident Evil a été développé par la franchise Capcom en 1996 et appartient au genre “Survival horror”. C’est le pionnier du genre sur console.

Grâce au grand succès de ce premier opus, le studio a développé ensuite plusieurs autres suites, dont des hors-séries et des adaptations cinématographiques mettant en scène l’actrice et héroïne Milla Jovovich.

Sur console, la saga Resident Evil s’écoule aujourd’hui à plus de 40 millions d’exemplaire !

Dans ce premier opus, Resident Evil raconte l’histoire de plusieurs personnages ; en effet, la particularité du jeu est de pouvoir contrôler des personnages aux scénarios différents.

Tous font partie de l’équipe “Alpha” des S.T.A.R.S et sont des agents qualifiés, envoyés en reconnaissance sur le terrain, à la recherche des membres de l’équipe “Bravo”, dont le contact a été perdu.

Mais suite à une attaque sanglante dans la forêt, les membres de l’équipe sont contraints de se réfugier dans un manoir obscur et isolé.

Le jeu débute avec l’apparition du premier zombie.

Plus tard, nous comprenons qu’une grande partie de la population de la ville se transforme en morts-vivants, et que ces événements dramatiques conduisent vers une apocalypse certaine.

La ville est alors placée sous loi martiale par le gouvernement américain, l’isolant du reste du monde.

Tout ceci est la cause des expérimentations de la multinationale pharmaceutique “Umbrella Corporation”, qui a laissé s’échapper le terrible “Virus T”, d’abord inoculé par les rats, puis transmis vers les êtres humains et les animaux, les transformant en zombies affamés de chair humaine.

Pionnier du “Survival horror”, Resident Evil propose un nouveau genre très addictif, à travers des personnages, encore une fois attachants, des énigmes et des quêtes pour avancer sur les différents lieux, nous entraînant à continuer et à connaître la suite de l’histoire.

Le tout, bien évidemment, dans une ambiance oppressante aux sons réalistes, dignes de films d’horreurs. La tension est constamment palpable, et la peur présente tout le long de l’aventure.

Les sursauts sont nombreux : Les amateurs se rappelleront de ce passage dans ce couloir sombre et calme, où soudainement dans des éclats de verre, des chiens zombifiés surgissent à travers les fenêtres et apparaissent devant le héros.

Le joueur est alors tétanisé par l’effet de surprise, et la panique est mélangée à la peur. Épique !

 

dog-breaks-window-resident-evil-1-scary-chris-screenshot

 

 

 

 

 

 

Inégalables ?

La nostalgie à l’égard de tous ces grands titres est justifiée : Les jeux d’aujourd’hui peuvent t-ils nous faire autant vibrer que ceux d’antan ?

Difficile à dire, et à justifier. Cela dépend de chacun, de ses rapports avec le jeu vidéo.

Mais pour la plupart des anciens adeptes, les meilleurs jeux sont et resteront ces anciens titres inégalables.

Car même avec l’évolution graphique que l’on connait aujourd’hui, celle-ci ne suffit pas pour acquérir ce charme qui nous envoûtait, ces scénarios qui nous faisaient vibrer, rêver…

Cindy Sousa do souto

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s